E-book Mémoire Collective et Information Quantique
           " L'Impossible Histoire "  
Faites un clique ici et lisez les observations pour trouver la solution à vos problèmes.
         
 
 (69.1h)  Image éditée sur une carte postale de l'éditeur Dieulefils
  (69.1h)   Image éditée sur une carte postale de l'éditeur Dieulefils
  (69.2h)  Image éditée sur une carte postale de l'éditeur Dieulefils
  (69.2h)   Image éditée sur une carte postale de l'éditeur Dieulefils
 
Nous pouvons voir le photographe en noir une semaine plus tard, image (28h) au moment de la deuxième sortie de prison où l'homme en blanc joue le rôle de chef de cortège.
  Cette deuxième sortie de prison est très important, je vais vous présenter quelques détails sur la page suivante.
  Sur l'image (11h),  l'histoire nous dit qu'il y avait trois condamnés, mais nous ne voyons que deux personnes sortir de prison. Sur l'image (28h) on voit deux condamnés, mais sur l'image numéro un de cette deuxième série  (27b),  nous voyons trois condamnés.
  Dans la deuxième sortie du 13 août (deuxième série) donc le même jour une semaine plus tard, Anne est toujours à la même place, l'homme en blanc prend la place du chef des gendarmes, le photographe habillé en noir prend la place de Robert et le photographe de R. Bonal a pris la place de l'homme habillé de blanc.
  Tout ce monde part pour traverser la Ville de Hanoï, pour se rendre au local de l'exécution et l'éditeur (R. Bonal) date les deux sorties de prison, avec la même date (6 Aout 1908).
 
  Sur l'image ((28b) ci-dessous), nous voyons le cortège traversant la ville de Hanoï.
  De droite à gauche, nous avons à l’extrême droite, le photographe en blanc, avec ses chaussures blanches. Le photographe habillé de blanc avait beaucoup d'amies que lui facilitaient la vie, et avait comme qu'on dirait, une vie-nocturne. Le travail du photographe habillé de blanc était transporter la fameuse caméra photographique de Robert, charger et récupérer les plaques de verre (négatifs photo). Robert ne racontait pas ses secrets, et quand après avoir fait la photo de l'image (11h), et qu'ils ont vu le verre de protection de l'obturateur cassé, Robert a attribué la faute au photographe et à l'image (27h) il l'a condamné à s'assoir sur la carriole avec le chapeau de sa copine sur la tête. La personne qui suit est l’attaché de presse des gendarmes, et la troisième personne est André. Derrière André, nous pouvons apercevoir l'homme habillé de blanc qui a beaucoup de mal à suivre.  À gauche de l'homme habillé de blanc nous pouvons apercevoir deux condamnés.
  Côté gauche, au centre des gens habillés de blanc, nous pouvons voir Anne que aujourd'hui m'a l'air en pleine forme.
  Nous savons que pour constituer la suite de cette série de douze cartes-postales (cartes présentées sur les cartouches bleus), ils ont utilisé des ampliations des images de l’exécution de la semaine précédente, images (15b), (31h).
  Afin que nos Spécialistes do Psyché ne s'ennuient pas trop, nous allons commencer à faire une petite analyse de la situation.
  Robert est arrivé sur son lieu d’opérations en fin d'année 1904, il a monté son histoire de telle façon que neuf mois après la supposée tentative d'empoisonnement du 4ème Régiment d'Artillerie Coloniale, tout le monde croyait connaitre un grand secret, mais il était impossible de trouver deux personnes qui racontent la même histoire. En plus tout le monde était certain d'avoir raison, et un comité d'enquêteurs créé à la demande des Ministres de la Guerre et des Colonies, est arrivé à la conclusion que (un vent de folie contagieuse) avait déferlé sur la région du Yen-Thé.
   Notre cerveau possède des barrières que le protègent quand des situations lui demandent plus d’énergie qu'il n'en a, pour gérer des situations que lui échappent.
 
 
  69
 
70  
 
 
<<<
(11h)  (15b)  (27h)  (27b)  (28h)  (28b)  (31h) 
>>>